Cliquer ici pour lancer la webradio

K6 FM - La radio 100% Dijonnaise

A l'antenne

Jusqu'à 12H
La matinale
La matinale - Arnaud Cliquer ici pour lancer la webradio Ecouter K6 FM en direct
En ce moment :
DAFT PUNK
INSTANT CRUSH 2013

Présidentielles : Les réactions des politiques en Côte-d'Or

dimanche 23 avril 2017
Présidentielles : Les réactions des politiques en Côte-d'Or

En Côte-d'Or comme à l'échelle nationale, le candidat d'En Marche Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle. Avant le deuxième tour qui l'opposera à Marine Le Pen (FN) , découvrez les réactions des politiques côte-d'oriens.

Les résultats du premier tour des élections présidentielles viennent de tomber. Le candidat de ma famille politique, Benoit Hamon, n'est pas qualifié pour le second tour qui verra s'opposer la candidate du Front national à Emmanuel Macron. Mon choix est clair. Le 7 mai, je voterai Emmanuel MACRON.

La peur, le rejet de l'autre et le repli sur soi ne sont pas des solutions d'avenir. La xénophobie, le racisme, la stigmatisation n'ont pas leur place dans la patrie des droits de l'homme. L'application du programme de l'extrême droite serait une catastrophe pour notre pays et surtout pour les plus modestes d'entre nous auxquels ce parti ment depuis toujours. Les propositions d'Emmanuel Macron présentent de nombreuses convergences avec mon engagement social-démocrate et mes convictions profondes sur l'Europe notamment.

Avec lui, nous devons construire une majorité progressiste qui portera nos valeurs de solidarité, d'égalité et de laïcité. Le 7 Mai pour les valeurs de la République, un seul vote est possible : Emmanuel Macron.

Le premier tour de l'élection présidentielle a rendu son verdict. Les Français ont tranché. Les électeurs ont choisi Emmanuel Macron et Marine Le Pen. La droite et le centre ne sont pas au deuxième tour de la présidentielle. Dont acte.

Avec près de 20% des suffrages (21% en Côte-d'Or), François Fillon, le candidat que j'ai soutenu, ne passe pas loin d'une qualification pour le deuxième tour. Il a été victime, chacun le sait, d'un acharnement médiatique sans précédent, François Fillon n'a pas pu faire la campagne qui lui aurait permis de faire la pédagogie de son programme.

Je le regrette, car je suis intimement convaincu que ses propositions étaient les plus réalistes pour redresser le pays mis à mal par cinq ans de socialisme.

Mais je veux dire tout aussi clairement que si l'ensemble de la famille de la droite et du centre avait été rassemblée, si tous s'étaient mobilisés, le résultat aurait pu être tout autre. Et je veux dénoncer tous les responsables politiques qui se réclament de la droite et du centre et qui se sont mis en vacances de leur camp alors que l'enjeu était tellement important. Certains d'entre eux se permettent même de donner des leçons.

La vie politique est un combat et, ce combat, il faut le mener jusqu'au bout. Ce que j'ai fait.

La situation politique nous appelle désormais, là aussi, à la responsabilité. Je ne souhaite pas pour mon pays l'aventure de l'extrême-droite. Aussi, je voterai en responsabilité pour éviter cette perspective.

Pour autant, le prochain combat que nous avons à mener est tout aussi important. C'est celui des législatives. Si nous voulons que nos valeurs soient portées et représentées, nous devons tous nous mobiliser autour de nos candidats, les Républicains, Indépendants et UDI.

Chacun a vu ce soir les fruits des divisions et des états d'âmes.

Si nous voulons demain une majorité à l'Assemblée nationale, il n'y a pas de place pour les divisions et les états d'âmes. Sans quoi, ce sera la gauche et les candidats PS, ripolinés façon Macron, qui l'emporteront

Aussi, dès ce soir, je lance un appel à la responsabilité. Ne nous trompons pas ni d'enjeu, ni de combat. Il en va de l'avenir de notre pays.

Il n'y a de place que pour un candidat de la droite et du centre dans chacune des circonscriptions et je vais m'engager pour que chacun se mobilise pour faire gagner notre camp.

La qualification pour le second tour de l'élection présidentielle d'Emmanuel Macron, candidat du rassemblement et soutenu par le MoDem, est une victoire contre les populismes de tous genres qui auraient conduit à la ruine et aux affrontements et contre le candidat défendant un programme d'austérité au détriment des plus faibles.

Il reste deux semaines avant le tour décisif et une victoire complète. Face à Emmanuel Macron, se présente la candidate d'un parti extrêmiste qui, sous couvert de défendre faussement le peuple contre les élites, ne pourrait qu'apporter le chaos et l'affrontement. D'ici le 7 mai, tous les démocrates venus de tous les horizons et quelques soient leurs choix antérieurs, doivent se mobiliser pour soutenir et voter Emmanuel Macron, seul candidat à défendre les valeurs de la République. Pas une voix ne doit lui manquer.

Les résultats du 1er tour de cette élection présidentielle sont une grande déception. Comme de nombreux sympathisants et militants, je souffre de voir mes convictions et mes valeurs absentes du second tour.Les Français vont avoir le choix entre deux aventures périlleuses : continuer avec l'héritier de François Hollande ou l'impasse de l'extrême.C'est une situation terrible pour notre pays, mais malheureusement prévisible. Les Français ont démontré, une nouvelle fois, par ce vote qu'ils en ont assez des partis politiques dépassés, déconnectés du terrain, inspirés par des jeux politiques parisiens.Toutefois, nous avons perdu une bataille mais nous n'avons pas perdu la guerre.Dans ce contexte, plus que jamais, les élections législatives revêtent une importance capitale pour défendre les valeurs essentielles : la liberté d'entreprendre, le travail, la responsabilité sans l'assistanat et la restauration de l'autorité de l'État.J'appelle les électeurs de la droite et du centre à se mobiliser avec moi pour faire gagner ces valeurs à l'Assemblée Nationale en Juin prochain.Je leur donne, dès à présent, rendez-vous jeudi 27 avril à 19h00 au Centre Pierre-Jacques de Fontaine-Lès-Dijon pour commencer le combat.

Le deuxième tour de l'élection présidentielle opposera la candidate de l'extrême-droite populiste et xénophobe, Marine Le Pen, à Emmanuel Macron, candidat que les milieux financiers ont choisi pour amplifier les politiques libérales dont notre pays souffre depuis 30 ans.
Ce serait une situation extrêmement grave de voir l'extrême droite conquérir le pouvoir. Le piège tant redouté se referme sur les espoirs de millions de jeunes, de femmes et d'hommes qui aspirent à une nouvelle société débarrassée des logiques de rentabilité, à une véritable politique de gauche, de justice et de progrès social tournant le dos à l'austérité, au chômage et à la précarité.
Mais le combat continue. Nous entrons dans une période nouvelle et inédite de l'histoire politique de notre pays. Même si elle est dévoyée par les pièges de la présidentialisation, la secousse est forte : les deux partis, le Parti socialiste et les Républicains, qui ont dominé la vie politique française depuis 40 ans, sont éliminés au soir du premier tour.
Marine Le Pen veut une société de haine, du rejet de l'autre, du racisme et de la xénophobie, une société qui divisera ceux qui ont des intérêts communs au profit de son clan et des puissances d'argent, qui substituera aux principes fondamentaux d'égalité et de fraternité de la République, des principes de discrimination entre Français, entre ceux qui vivent et travaillent dans notre pays selon leur origine et leur nationalité. Nous n'en voulons pas.
Dans l'immédiat, conscients des immenses batailles à venir et des responsabilités qui incombent à notre parti, nous ferons tout notre possible pour barrer la route à Marine Le Pen, à son clan et à la menace que constitue le Front national pour la démocratie, la République et la paix.
Nous saluons la campagne de Jean-Luc Mélenchon, de tous les militants communistes, du Front de gauche, de la France insoumise, des élus communistes et Front de Gauche, des citoyens qui se sont investis. Ce résultat est le leur.
Il marque un désir profond de changement vers plus d'honnêteté en politique, de justice sociale, de solidarité, de démocratie réelle, de paix et de respect de l'environnement. C'est une nouvelle page de la gauche française qui a commencé à s'écrire dans cette campagne. La gauche change d'époque. Le Parti communiste est totalement investi dans cette réinvention, avec son projet, La France en commun, et entièrement tourné vers les défis du XXIe siècle.
Nous appelons, dans le respect des appels qui seront lancés le 1er mai par les organisations syndicales, à faire de cette grande journée sociale un moment de lutte et de mobilisation contre l'extrême-droite, pour la paix, la démocratie et le progrès social.
Et à nous rejoindre après les manifestations en Côte d'Or, à la traditionnelle fête du 1er mai du Pcf Côte d'Or à la maison du plateau de Chenôve qui sera un moment de résistance et d'espoir

Les Français sont prononcés clairement au cours de ce premier tour des élections présidentielles.J'entends la colère exprimée par ce vote mais je ne me résigne pas à voir l'extrême-droite gouverner notre pays avec Madame LE PEN.Sans ambiguïté, en responsabilité et en conscience, je vous appelle à vous mobiliser pour voter - le 7 mai - pour Emmanuel MACRON.La peur, le rejet et le repli ne sont pas des solutions d'avenir. L'application du programme de l'extrême-droite serait une catastrophe pour notre pays.Candidat aux élections législatives pour la deuxième circonscription de Côte d'Or, je veux porter une action politique exemplaire, où la probité constitue une valeur fondamentale, où la solidarité n'est pas un vain slogan mais s'inscrit dans des actes quotidiens.Social-démocrate, j'aspire à vous représenter à l'Assemblée Nationale au sein d'une majorité présidentielle progressiste.Non à la xénophobie, non à la stigmatisation, luttons pour défendre nos droits, nos valeurs, notre vivre ensemble dans la République.Nous progressistes et humanistes, défendons nos valeurs de Liberté, d'Égalité et de Fraternité.Construisons ensemble notre avenir et une indispensable solidarité entre ville et campagne. 

 La présence du Front National au second tour de l'élection présidentielle est une véritable menace pour notre modèle républicain, pour notre pays. Dans un contexte national et international des plus incertains, Marine Le Pen, ennemie de la République, candidate de la régression, berce d'illusions les Françaises et les Français, en agitant toutes les peurs et toutes les colères. Le parti de la Haine, du rejet de l'autre, du repli sur soi, de la sortie de l'Europe est ce soir aux portes de l'Élysée. C'est pourquoi, avec mon équipe municipale, j'appelle sans ambiguïté et sans hésitation à faire bloc, et à faire battre celle qui porte le projet dévastateur que nous avons toujours combattu ici à Chenôve.Chenôve, ville populaire et républicaine, ne se soustraira pas à ses responsabilités. Mobilisons-nous le dimanche 7 mai pour que vive notre belle République, généreuse, ouverte, laïque ! Aux urnes, citoyens !
La seule surprise de ce soir est qu'il n'y en a pas. Les sondeurs ne se sont pas trompés.
Ma première déception est pour François Fillon qui a subi les affres de sa campagne et qui, malgré cela, a fait preuve d'un courage exemplaire.
L'important est bien sûr de penser à demain.François Fillon l'a lui-même exprimé, il soutiendra la candidature d'Emmanuel MACRON pour le deuxième tour.
Chacun votera en conscience et je voterai moi-même pour ce candidat, pour éviter le chaos qui serait celui de l'élection de Marine LE PEN, avec un projet qui aboutirait à la ruine et qui ne ferait qu'aggraver la situation dont la France a été victime durant ce quinquennat.
L'avenir après le 7 mai sera bien sûr celui du troisième tour. C'est-à-dire celui des élections législatives des 11 et 18 juin.
Les propositions des Républicains sont les seules à même de redresser notre pays. Il faudra donc qu'Emmanuel Macron, s'il est élu Président de la République, éclaircisse son projet et dise clairement quel sera son programme.
Le flou artistique dans lequel il a entretenu son discours pour le premier tour ne peut satisfaire les Français ni une majorité à l'Assemblée Nationale.
Il ne serait pas concevable que le projet qui a échoué durant ces cinq années devienne le socle d'une majorité dont Emmanuel MACRON est un peu l'otage ce soir.
Il est bien évident que nous devrons porter les valeurs qui sont les nôtres et seules à même de permettre une véritable alternance.
À défaut ce nouveau quinquennat sera voué à l'échec comme le précédent.
C'est notre responsabilité. Il en va de l'avenir de la France.


Réduire Augmenter Taille de la police

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire

Articles en relation


Concert à Dijon annulé pour Christophe Maé
24 juillet 2017
Alors qu'il devait se produire le 4 octobre 2017 au Zenith de Dijon, le chanteur a annulé ce concert.

 


Des formations aux goûts du jour à l'AFPA
18 juillet 2017
Pour répondre aux besoins croissants de compétences dans le secteur du numérique, l'Afpa Bourgogne-Franche-Comté a fait évoluer son offre à l'attenti...

 


Dijon : Rendez-vous en librairie pour lever le mystère de la Chouette
13 juillet 2017
La Chouette est le symbole historique de la Ville de Dijon. Si cette petite sculpture sur une chapelle de l'église Notre-Dame est très prisée, peu d'...

 


Show case K6FM ce soir dans les jardins du département: le verdict météo !
29 juin 2017
La météo capricieuse de ce début d'été cause bien des soucis aux organisateurs de manifestations en extérieur, évidemment nombreuses en cette période...

 

C'était quoi ce titre ?

A H

S'inscrire à K6 News

Recevez toutes nos informations par mail chaque matin.