Cliquer ici pour lancer la webradio

K6 FM - La radio 100% Dijonnaise

A l'antenne

Jusqu'à 12H
La matinale
La matinale - Arnaud Cliquer ici pour lancer la webradio Ecouter K6 FM en direct
En ce moment :
SELENA GOMEZ
COME & GET IT

Brexit : Les réactions en Côte-d'Or

lundi 27 juin 2016
Brexit : Les réactions en Côte-d'Or

Le résultat du référendum sur le Brexit vendredi, validant une sortie future de la Grande Bretagne de l'Union Européenne, a soulevé de nombreuses questions et à amener de nombreux élus côte-d'oriens à réagir.

Sortie du Royaume-Uni : il y a urgence à relancer un projet politique cohérent pour l'UE !
Les électeurs britanniques ont choisi en toute souveraineté leur départ de l'Union européenne telle qu'elle fonctionne. Il faut respecter ce choix, mais il est tout aussi important de rappeler que le Royaume-Uni n'a jamais pleinement souhaité participer de la construction européenne, comme sur la mise en place de la monnaie unique. Aujourd'hui, les Etats européens ont devant eux une opportunité unique pour relancer ce projet, qui doit être un projet politique clair, partagé par les peuples. Pour cela, la France a un rôle de premier plan à jouer, celui qui était son rôle historique. Nous devons redevenir un pays leader pour réorienter l'Union dans la bonne direction : moins de technocratie et de contraintes normatives, plus de démocratie pour porter ce projet politique !
Il s'agit de remettre l'ouvrage sur le métier pour refonder une union politique centrée sur les priorités stratégiques de notre continent : protection et stabilité de nos frontières, politique de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme efficace, force européenne de défense, sauvegarde des intérêts agricoles et énergétiques des Etats-membres.
Vive la France dans l'Europe !

Les Britanniques ont, souverainement, voté pour la sortie de l'Europe. Ce choix, bien que le Royaume-Uni ait toujours eu une place particulière et moins intégrée, appelle une profonde réflexion sur le projet européen.Plus que jamais, dans un contexte international fait de menace terroriste, de destabilisation des grandes régions du monde, des défis climatiques ou financiers, notre continent a besoin d'une union forte de l'ensemble de ses nations.

Mais l'Europe, telle qu'elle est aujourd'hui, ne fonctionne plus : tout simplement parce qu'elle n'est pas l'Europe ! Un amas de structures bureaucratiques ne fait pas un projet d'avenir pour les 500 millions de citoyens européens.

Aujourd'hui, avec l'Angleterre au travers d'un partenariat rapproché, mais surtout entre les nations européennes, il nous faut penser un modèle fidèle à celui des pères fondateurs. Il nous faut refonder une Europe plus démocratique, adaptée aux enjeux de notre siècle comme aux exaspérations que les peuples expriment chaque jour.

Une Europe plus démocratique ; une Europe également plus ambitieuse, à l'initiative de grands chantiers d'investissement pour relever les défis climatiques, industriels, sécuritaires et économiques sur l'ensemble du continent.

Une Europe qui ne serve pas non plus de bouc émissaire aux problèmes qui sont parfois le fait des gouvernements nationaux, qui y voient un moyen aisé de se décharger et dont on voit le rôle dans la montée des votes contestataires.

Mais une Europe qui laisse aux peuples leur souveraineté nationale. Chaque pays, chaque nation a son Histoire, sa culture, son organisation politique, et doit garder les moyens d'accomplir son destin.

Dans le fond, ce référendum britannique contre l'Europe actuelle, nous appelle à un sursaut européen qui reprenne le chemin de l'adhésion populaire au service d'une ambition retrouvée.

Ce projet, la France a toute vocation à le porter, pour peu qu'elle retrouve, sur la scène européenne et internationale, le leadership et la capacité d'entraînement qui doivent être les siens : c'est le souhait que je forme aujourd'hui.

 Le Brexit est à l'Union européenne ce que la chute du mur de Berlin fut à l'URSS.

C'est une excellente nouvelle pour la démocratie et pour les peuples d'Europe.

Tout comme les Français qui avaient dit "non" au traité constitutionnel en 2005, et qui furent trahis par Nicolas Sarkozy en 2007 avec l'adoption du traité de Lisbonne, les Anglais ont choisi la voix de la liberté et de l'indépendance.

Ils ont compris que la bureaucratie bruxelloise aliène les peuples, ne construit pas l'Avenir et est soumise à la finance. Le fédéralisme européen est un rêve de bisounours car les peuples n'en veulent pas et il n'avantage qu'une petite élite mondialisée et déconnectée.

Il est à présent temps de rebâtir une Europe des Nations libres, une Europe des coopérations à la carte. L'Europe doit être le leader de demain dans la santé, la robotique, l'énergie propre, la conquête spatiale et l'exploration des fonds marins. Il lui faut pour cela des Nations libres et souveraines qui coopèrent entre elles.

Je félicite Nigel Farage et nos alliés de UKIP. Ils ont su faire de ce 23 juin 2016 la journée d'indépendance et de la liberté de l'Angleterre. Nous ferons de même pour la France le dimanche 7 mai 2017.


Réduire Augmenter Taille de la police

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire

Articles en relation


Baignade en Côte-d’Or : « La qualité des eaux est excellente »
4 juillet 2017
L'agence régionale de Santé a publié son rapport sur la qualité des eaux de baignade en Bourgogne-Franche-Comté et le résultat est sans appel. Pour l...

 


Nouveau renfort des restrictions d'eau en Côte d'Or
3 juillet 2017
Malgré les importantes précipitations qui se sont abattues cette semaine sur la Côte-d'Or, la situation de sécheresse s'est paradoxalement aggravée. ...

 


Show case K6FM ce soir dans les jardins du département: le verdict météo !
29 juin 2017
La météo capricieuse de ce début d'été cause bien des soucis aux organisateurs de manifestations en extérieur, évidemment nombreuses en cette période...

 


Les chiffres du chômage sont tombés en Bourgogne Franche-Comté.
27 juin 2017
Les premiers chiffres du chômage de l’ère Macron sont tombés ce soir et ils ne sont pas bons : + 0,6 % de demandeurs d’emploi en plus, soit un peu pl...

 

C'était quoi ce titre ?

A H

S'inscrire à K6 News

Recevez toutes nos informations par mail chaque matin.